«

»

fév 07

La baisse des prix de l’immobilier à Paris

Les acquéreurs et les investisseurs qui étaient jusqu’à présent un peu découragés par le prix des logements parisiens pourraient connaître prochainement des bonnes surprises en se rendant dans une agence immobilière parisienne. En effet, après avoir culminé à 8460 € en août 2012 le prix moyen des logements situés à Paris a baissé de 1,8% pour s’établir à 8300 € en novembre et cette baisse pourrait se poursuivre. On ne s’attend pas à un effondrement des prix, mais le prix moyen du mètre carré parisien pourrait passer au-dessous de la barre 8300 € à partir du mois d’avril ou du mois de mai 2013.

Il s’agit d’une correction qui était facile à prévoir. En effet, les prix des logements parisiens ont fortement augmenté depuis une douzaine d’années. De plus, en 2011 et en 2012, les ventes concernaient essentiellement des biens ne présentant aucun défaut, ce qui majorait les prix artificiellement. Sur l’ensemble de l’année 2012, les ventes de logements à Paris ont baissé d’un quart (la baisse s’est toutefois réduite à 11 % pour les mois de septembre, octobre et novembre 2012 par rapport à la même période en 2011). Par ailleurs, les propriétaires deviennent plus souples pour négocier les prix de vente. Les agences immobilières s’alignent donc également dans cette lignée.

La baisse pourrait surtout concerner des biens surcotés ou présentant quelques faiblesses. Les personnes intéressées par ces catégories de biens pourront négocier des rabais compris entre 5 et 10 % des prix demandés initialement par les vendeurs. Cependant, chaque agence immobilière s’attend à ce que la baisse reste limitée, car la plupart des primo-accédants à la propriété n’achètent pas un appartement situé à Paris en raison de l’insuffisance de leurs moyens. Les acheteurs disposant de revenus relativement importants soutiennent la demande. De plus, de nombreux vendeurs préfèrent attendre un moment plus favorable pour vendre leur logement et les banques se montrent très prudentes avant d’accorder un prêt immobilier. En effet, elles exigent des emprunteurs un apport personnel important ainsi que des revenus au moins égaux au triple des mensualités du futur emprunt. Cependant, elles se montrent plus conciliantes avec les emprunteurs après avoir nettement durci leurs critères d’appréciation.
Par ailleurs, la suppression du prêt à taux zéro plus pour l’achat d’un logement ancien freine les acquéreurs à revenus modestes qui souhaitaient faire ce type d’opérations. Cet élément pourrait provoquer une poursuite de la baisse des prix de l’immobilier en Île-de-France et diminuer l’activité au sein des agences immobilières parisiennes avec logic-immo.com. En outre, la stagnation du pouvoir d’achat des acquéreurs qui explique en partie la baisse des ventes pourrait également inciter les propriétaires à baisser leurs prétentions.

Il en résulte que les candidats acquéreurs qui disposent de moyens suffisants ont intérêt à suivre attentivement l’évolution des prix de l’immobilier à Paris. En effet, de nombreuses opportunités intéressantes pourraient se présenter au cours des prochains mois. Il convient par ailleurs de se renseigner auprès des autorités et des agences immobilières pour connaître les projets de réalisations qui pourraient valoriser certains logements.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser les balises HTML suivantes : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>